Blogue

Salon carrière et formation Québec 2014

 

Pour une vingtième année consécutive, soit du 22 au 25 octobre 2014, se tiendra le Salon carrière et formation à Québec.

Le Salon s’adresse autant au jeune à la recherche d’une formation pour sa carrière future qu’à l’adulte en quête de perfectionnement pour avancer dans son parcours professionnel. Il s’adresse aussi à la personne en fin de carrière ou nouvellement retraitée qui désire réaliser ses passions.

Ce Salon est donc l’évènement incontournable pour toutes les personnes en questionnement concernant la carrière. Plus de 200 exposants seront présents pour vous conseiller,  dont des représentants des maisons d’enseignement (CFP, Cégeps, Universités), de plusieurs Ordres professionnels ainsi que  d’Organismes d’aide à l’emploi. C’est le lieu pour obtenir de l’information sur les programmes d’études, expérimenter des techniques de métiers, rencontrer des spécialistes du marché du travail et découvrir les tendances et les perspectives du marché de l’emploi. Ce sera également l’endroit pour en apprendre davantage sur les techniques de recherche d’emploi, sur le travail à l’étranger, sur la formation continue, l’Éducation des adultes, mais aussi sur la préparation à la retraite.

Il sera également possible de rencontrer des conseillères d’orientation au kiosque de l’OCCOQ.

Vous êtes donc cordialement invités à venir nous rencontrer.

http://www.saloncarriereformation.com/fra/default.asp

Les difficultés concernant le choix de carrière

Pour beaucoup de personnes, les problèmes d’orientation s’expriment par des phrases du genre :

«Je n’ai aucune idée de ce vers quoi je devrais me diriger»

«Je ne sais pas quoi faire dans la vie»

«Je suis dans le brouillard total face à mon avenir»

Ces phrases expriment que la personne est indécise au plan de la carrière. Toutefois, les raisons de cette indécision peuvent être nombreuses et une même personne peut connaitre plus d’une difficulté contribuant à son indécision, ce qui rend d’autant plus difficile la tâche de choisir une carrière ou un programme de formation.

Les auteurs Gati et al. (1996) se sont intéressés à ces types de difficultés. Pour ces auteurs, l’indécision au sujet de la carrière n’est pas un problème unique avec différentes manifestations, mais plutôt un ensemble de problèmes qui conduit essentiellement au même résultat, c’est-à-dire être dans l’impossibilité de prendre une décision au sujet de sa carrière. Ces auteurs ont répertorié 44 difficultés  susceptibles d’être rencontrées par les personnes en questionnement au sujet de la carrière. La personne indécise peut aussi rencontrer plusieurs de ces difficultés simultanément ou à un moment ou un autre du processus, ce qui montre toute la complexité des situations vécues par nos clients.  De plus, il ne faut pas négliger l’aspect unique de chaque personne qui consulte puisque  chacun a sa personnalité, ses propres intérêts, ses valeurs, ses aptitudes, ses aspirations, ses limites et contraintes.

Ainsi, certaines  difficultés peuvent être présentes chez une personne avant même que celle-ci s’engage dans un véritable  processus de réflexion au sujet de la carrière.  Pensons aux   difficultés liées au manque de motivation, à l’indécision généralisée, et à  la présence de croyances ou de pensées irrationnelles.

Le manque de motivation 

Une personne peut manquer de motivation parce qu’elle :

  • Manque de volonté pour prendre une décision relativement à la carrière
  • A la perception que le travail n’est pas ce qu’il y a de plus important dans la vie
  • A le sentiment que le temps arrangera les choses et qu’elle finira par tomber sur la bonne profession

L’indécision généralisée

Elle peut avoir :

  • Une difficulté dans la prise de décisions en général
  • Un besoin d’être supportée et confirmée dans ses décisions
  • Une tendance générale à éviter de s’engager
  • Une peur générale de l’échec

Des croyances irrationnelles

La personne peut cultiver certaines fausses croyances (appris dans la famille et l’entourage) que :

  • Le fait d’entrer dans une carrière va solutionner tous les problèmes personnels
  • Qu’il existe une carrière idéale susceptible de combler toutes les aspirations d’une personne
  • Qu’on doit faire un choix de carrière pour toute la vie

D’autres difficultés surviennent une fois que le processus de réflexion au sujet de la carrière est amorcé. Il concerne surtout le manque d’information et l’information incohérente. Quant au manque d’information, mentionnons ici les difficultés suivantes : le manque d’information sur les étapes du processus décisionnel, sur soi, sur les occupations, et sur les moyens de palier à ce manque d’information.

Les étapes du processus décisionnel

Ainsi, la personne peut manquer d’information en ce qui concerne :

  • Les étapes de la prise de décision
  • Les facteurs à prendre en considération dans celle-ci
  • La manière de combiner les informations à propos de soi et les possibilités de carrière

La personne peut aussi manquer d’information au sujet d’elle-même quant à :

  • Ses habiletés
  • Ses traits de personnalité
  • Ses possibilités de carrière
  • Ses préférences en lien avec la carrière
  • Ce que seront ses habiletés dans le futur
  • Ce que seront ses traits de personnalité dans le futur
  • Ce qu’elle pourrait préférer comme possibilités de carrière dans le futur
  • Ce que seront ses préférences pour les carrières dans le futur

Elle peut aussi manquer d’information au sujet des professions quant :

  • Aux possibilités et à la variété des voies de formation possibles
  • Aux caractéristiques des professions et des voies de formation susceptibles de l’intéresser
  • Aux alternatives de carrière ou de formation possible
  • Aux caractéristiques des professions et des possibilités de formation dans le futur

Elle peut manquer d’information sur les moyens d’obtenir de l’information

  • Sur soi
  • Sur les carrières et les voies de formation

Les sources d’information sur les professions et les programmes de formation sont nombreuses, de même que l’information qu’on peut obtenir à propos de soi-même. Toutefois, il est possible d’être face à de l’information incohérente ou plus ou moins fiable ce qui ajoute à la confusion que peut ressentir une personne  en questionnement au sujet de son projet de carrière futur.

Ainsi, la personne peut posséder de l’information plus ou moins fiable :

  • Sur ses habiletés
  • Sur ses traits de personnalité
  • Sur les alternatives à ses carrières préférées
  • Sur ses préférences en lien avec la carrière
  • Sur l’existence d’une profession particulière ou d’une voie de formation possible
  • Sur les caractéristiques d’une profession et de ses possibilités de formation

Les difficultés peuvent aussi provenir de conflits internes comme :

  • Être réticent à faire des compromis
  • Être face à plusieurs possibilités de carrière tout aussi attrayantes les unes que les autres
  • Être en aversion pour les possibilités de carrière accessible
  • Être confronté à un aspect indésirable pour une profession accessible
  • Avoir des préférences personnelles qui ne peuvent être rejoint dans une même profession
  • Avoir des habilités insuffisantes pour les exigences requises d’une profession préférée
  • Avoir des habiletés qui excèdent celles qui sont requises pour une profession préférée

Les difficultés peuvent aussi provenir de conflits externes à la personne comme un désaccord entre:

  • La personne et une autre personne significative au sujet de la carrière souhaitable
  • La personne et une autre personne significative au sujet des caractéristiques de ce que devrait être de la carrière souhaitable
  • D’autres personnes significatives au sujet de la possibilité de carrière suggérée
  • D’autres personnes significatives au sujet des caractéristiques liées à la carrière recommandée

Comme vous pouvez le constater, les problèmes d’orientation scolaire et professionnelle sont très complexes. C’est ce qui explique qu’il faut parfois plusieurs rencontres pour amener la personne à trouver ses réponses.  Le processus d’orientation requiert que la personne organise et intègre en un tout cohérent de l’information à propos d’elle-même, du monde du travail et des formations, puis qu’elle acquière des habiletés de prise de décision en vue de faire le choix optimal dans sa situation.  Comme c.o., notre rôle est de guider la personne dans toutes les étapes du processus afin qu’elle puisse formuler  un choix de carrière à son image et passer à l’action en vue de l’atteinte de cet objectif professionnel.

 

Ref: Gati, I., Krausz, M., & Osipow, S. H. (1996). Taxonomy of difficulties in career decision- making. Journal of Counseling Psychology, 43, 510-526.

 

 

 

 

 

Curriculum vitae et lettre de motivation

Le curriculum vitae et la lettre de motivation sont deux documents importants visant, pour le candidat qui les soumet, l’obtention d’un entretien avec les recruteurs d’une entreprise ou d’une organisation, en vue de faire valoir sa candidature pour un poste donné et, ultimement d’y être embauché.

C’est bien connu, on n’a pas toujours une seconde chance de faire une bonne impression. De plus, c’est parfois une tâche difficile pour les recruteurs de choisir la personne qui répondra le mieux à leurs attentes et qui s’intégrera bien à l’équipe de travail en place.  Aussi, ils ont souvent peu de temps à consacrer à cette tâche, d’où l’importance pour le postulant d’accorder tous les soins requis dans la rédaction de son curriculum vitae et de sa lettre de motivation afin qu’ils produisent l’effet escompté, au lieu de se retrouver sous la pile de candidatures.  Je ne vous apprends rien en mentionnant qu’un seul affichage de poste à combler peut générer la réception de nombreux c.v. et lettres de motivation.

Malheureusement, on voit encore trop souvent de ces documents qui auraient nécessité davantage de travail de la part du candidat afin de faire ressortir tout son potentiel, ses compétences, ses qualités professionnelles; enfin tout ce  qui ferait de lui l’employé dont on ne devrait pas se passer. Au lieu de cela, il en résulte que les recruteurs consacreront peu de temps à ses documents, du moins pas suffisamment pour qu’on considère favorablement sa candidature, ne serait-il que pour le convoquer à une entrevue.

Certains semblent croire qu’il suffit de placer l’information habituellement demandée tel la formation académique et les expériences de travail, comme si tout ce travail se résumait à faire du traitement de texte, de la mise en page, et  la correction grammaticale et syntaxique.  Tout cela est important aussi, mais il y a bien plus.

Faire un c.v. et une lettre de présentation demande qu’on y mette le temps nécessaire si on veut des documents qui vous rendre justice et qui vous représentent bien. De plus, il existe plusieurs types de c.v., mais encore faut-il savoir qu’il est préférable d’en privilégier certains tout dépendant de votre situation et du poste convoité. Qu’on soit un finissant sans expérience, un travailleur expérimenté, une personne qui tente d’amorcer une seconde carrière après un retour aux études, on ne peut pas utiliser le même type de c.v. pour tous.  Par ailleurs, il se pourrait qu’on doive utiliser des types de c.v. différents selon les postes pour lesquels on a l’intention de poser sa candidature.  De plus, chaque lettre de présentation devra avoir été rédigée pour un poste donné.  On ne peut prétendre en rédiger une qui pourra servir à tous les postes visés.  C’est bien compliqué vous me direz…

Pour ceux qui se sentent dépasser par la tâche, les conseiller(ère)s d’orientation peuvent vous aider dans la rédaction de ces documents. N’hésitez pas à nous consulter.  Nous saurons mettre à profit notre expertise afin de faire valoir tout ce que vous avez à apporter dans l’emploi que vous avez ciblé.  Également, l’exercice pourrait vous amener à être davantage outillé et plus autonome pour la rédaction de ces documents, dans l’éventualité où votre situation l’exige de nouveau.

L’anxiété et l’orientation

Les personnes qui consultent en orientation ressentent souvent de l’anxiété face à leur questionnement sur les études et  la carrière. Parfois, cette anxiété est exacerbée par les commentaires de l’entourage qui questionne la personne sur ses projets d’avenir et lui fait part de ses propres croyances, souvent fausses et non fondées, à l’égard du travail, des études et des professions.

Lorsqu’elles se décident à rencontrer un c.o., ces personnes pensent et espèrent qu’on abordera rapidement l’exploration des professions et des programmes d’études. Pour diminuer leur anxiété, c’est ce qui leur semble le plus important.  Elles ont l’impression  qu’elles commenceront enfin à respirer une fois rendues à cette étape et elles ont bien hâte d’y arriver.  Mettre un nom sur une profession à envisager ou un programme d’études à considérer ne suffit pas à atténuer toute cette anxiété.  Il faut que la personne se mette en action et soit persistante, afin de mener à terme ce projet d’études ou de carrière.  Or, c’est bien connu, si le projet n’est pas suffisamment mûri, il y a de bonnes chances qu’il ne se réalise pas, qu’on le remette en question ou qu’on l’abandonne tout simplement. La personne se retrouve alors dans la même situation, celle dont elle voulait  se sortir.

Escamoter certaines étapes antérieures à l’exploration (des carrières et des programmes d’études) peut amener les personnes à ressentir davantage de confusion puisqu’elles n’auront pas acquis une connaissance suffisante d’elles-mêmes quant à leurs intérêts, leurs aptitudes, leurs traits de personnalité, leurs valeurs, leurs aspirations, leurs limites, leurs contraintes et leurs ressources.  Mentionnons que tous ces éléments sont l’objet d’un questionnement et d’un travail nécessaire lorsqu’on fait un processus d’orientation.  Comment savoir ce qui nous convient le mieux si on n’a pas préalablement défini ses propres repères?   Pour explorer les professions et les programmes d’études, il faut avoir préalablement fait un travail de consolidation de son identité. Cet exercice demande une certaine introspection et  un véritable travail sur soi, ce qui n’est pas toujours facile, mais combien nécessaire.  D’une durée variable selon les personnes et le rythme personnel de chacun, cette période représente une bonne partie d’un processus d’orientation.  Durant cette étape,  la personne est amenée à se poser des questions essentielles et à trouver ses propres réponses en vue de mieux se connaitre.  Ce n’est qu’une fois que la personne est arrivée à clarifier son identité qu’il est opportun d’explorer les professions et les programmes d’études. Il faut donc tolérer pendant un certain temps l’incertitude qui accompagne ce temps de réflexion, afin d’accomplir le travail que requiert un processus d’orientation. Il est primordial de prendre le temps qu’il faut.  Les aspects qu’on aura négligé d’aborder referont probablement surface à un moment ou à un autre, imposant cette fois-là qu’on s’y attarde véritablement.

De la même manière qu’un brouillard rencontré sur la route nous amène à réduire notre vitesse, à adapter notre conduite et à rester concentré, être dans la confusion quant à son avenir professionnel demande qu’on prenne le temps de se questionner sur soi.  C’est la prémisse à tout projet professionnel satisfaisant.

Ce qu’il faut savoir avant de se réorienter

!cid_AC2BADF3-40E4-4FBA-9EB3-BA72A9E083B8

 

Après avoir considéré un changement d’emploi lié à leur formation académique initiale, plusieurs personnes en viennent à envisager un retour aux études afin de se réorienter dans un domaine qui leur ressemble davantage et qui, espèrent-elles,  saura répondre à leurs attentes et améliorer leur situation au plan professionnel.  Il est toutefois important de bien considérer certains aspects afin de mener à terme ce projet de retour aux études.

Certaines personnes semblent sous-estimer plusieurs aspects importants à considérer lorsqu’on effectue un retour aux études après quelques années sur le marché du travail. Pensons à  l’aspect financier, aux  études en elles-mêmes, et à l’impact sur la vie sociale et familiale, pour ne citer que ceux-là.

Premièrement, il faut savoir que le coût d’un retour aux études ne se limite pas aux frais d’inscription, aux frais de scolarité,  et aux livres à acheter. Il implique souvent une baisse des revenus advenant qu’on doive prendre congé de son emploi pour une période donnée.  Pour pallier à cela, des économies doivent avoir été préalablement faites en vue d’assumer les dépenses de la vie courante durant la période consacrée aux études.  Autrement, il faudra envisager de financer le projet, ce qui en rebute plusieurs, déjà endettés avec l’hypothèque sur la maison, le prêt-auto, et les cartes de crédit, pour n’en citer que quelques exemples.   Il y a aussi l’aide financière aux études, mais celle-ci ne permet d’assumer qu’une partie minimale des dépenses, si on s’y qualifie, bien évidemment. En somme, pour passer à travers, il faudra inévitablement compter sur ses économies personnelles, réduire son train de vie, et accepter de se limiter aux dépenses vraiment essentielles, du moins le temps des études.

Un second aspect qui est souvent sous-estimé est l’étude et les travaux qu’amènent le programme d’études choisi.  Un programme d’études de la formation professionnelle au secondaire exige une présence en classe à temps plein d’environ 30 heures par semaine et du travail personnel à faire en dehors des cours.  Un programme technique au cégep peut facilement compter une trentaine d’heures de cours en classe et exiger entre 15 et 20 heures de travail personnel par semaine.  Dans de tels programmes, il est souvent difficile d’étudier à temps partiel à cause de la séquence des cours à faire, certains étant préalables à d’autres, en plus de n’être dispensés qu’à une session donnée plutôt qu’à toutes les sessions.  À l’université, un programme à temps plein comprend habituellement 5 cours de 3 heures par semaine, ce qui peut sembler peu, à première vue.  Il faut cependant savoir que chaque cours amène aussi 6 heures de travail personnel, ce qui fait 30 heures de travail personnel par semaine.  Si on ajoute les 15 heures de cours, on arrive à une semaine de 45 heures pour un étudiant universitaire.  Il faut être très organisé pour cumuler en plus un emploi rémunérateur, peu importe le niveau (secondaire, collégial, ou universitaire), sans compromettre la réussite des études. Comme on peut facilement le constater, peu importe le niveau d’études, c’est du temps plein.  Plusieurs experts sont d’avis qu’étudier à temps plein et travailler plus de 14 heures par semaine n’est pas recommandé, si on veut  réussir ses études et maintenir un certain équilibre.  Il faut toutefois mentionner qu’il est plus facile d’étudier à temps partiel au niveau universitaire, en autant que le programme choisi le permettre, ce qui n’est pas toujours possible.  De plus, si vous espérez avoir un horaire de cours en soirée, sachez que l’offre en ce sens est plutôt limitée.  Inévitablement, il faudra éventuellement que vous soyez capable de vous libérer afin d’assister aux cours prévus à votre programme, mais qui ne sont  dispensés  qu’en journée. Et ça, ce ne sont pas tous les types d’emplois ou d’employeurs qui offrent cette latitude.

Un troisième aspect à considérer est l’impact d’un retour aux études sur la vie sociale et familiale.  Le temps qu’on doit consacrer à ses études est du temps qu’on ne peut consacrer à sa vie familiale et aux loisirs.  C’est donc toute la famille, si vous en avez une, qui devra faire sa part pour que vous puissiez vous consacrer à vos études, en plus d’avoir à accepter votre manque de disponibilité, pour un moment.  Et ça, c’est sans parler du stress des examens que certains vivront …

Tous ces aspects semblent laisser croire qu’il peut être difficile de se réorienter.  Avant d’abdiquer, il importe que vous analysiez votre situation personnelle afin de faire ressortir les éléments qui jouent en votre faveur.  Comme dans plusieurs projets, une bonne planification peut vous éviter bien des ennuis et des déceptions.  Pouvez-vous compter sur le support de vos proches?  Quelle pourra être leur contribution?  Vous appuient-ils dans votre démarche?  Comment pouvez-vous repenser votre budget?  Avez-vous des économies?  Si non, il peut être souhaitable de retarder d’un an le retour aux études, soit le temps d’adopter un style de vie plus modeste, et accumuler certaines économies en prévision du retour aux études.  Une chose est certaine, retourner aux études demande de nombreux sacrifices à plusieurs niveaux.  Il faut une bonne dose de détermination et une certaine tolérance à l’incertitude au plan financier. C’est parfois le prix à payer pour changer et/ou améliorer son sort.

La maturité et le choix de carrière

La maturité vocationnelle

Tout le monde s’entend généralement pour définir ce qu’est la maturité.  Super (1955) a proposé une définition de la maturité appliquée au domaine de l’orientation, soit la maturité vocationnelle.  Ainsi, Super définit celle-ci comme « la capacité à anticiper son propre avenir en utilisant de manière logique et cohérente l’information dont on dispose sur ses intérêts, ses valeurs et ses compétences ».

Une personne mature au plan vocationnel assume la responsabilité de  ses décisions.  Elle a conscience du pouvoir qu’elle a sur les évènements suite aux décisions qu’elle prend.  Elle connait les facteurs à considérer dans ses choix.  Elle fait une exploration intelligente  et réfléchie d’elle-même et de l’environnement.  Concrètement, cette personne s’engage dans son processus d’orientation.  Elle cherche à comprendre l’information qui lui est transmise  et à développer des compétences dans la prise de décisions. Plus elle sera mature au plan vocationnel, plus elle sera en mesure de faire le meilleur choix pour elle, celui-ci tenant compte de tous les aspects qui doivent être considérés.  (MELS, 2000).

Cette maturité ne s’installe pas systématiquement à un âge donné chez une personne.  Comme bien d’autres phénomènes de maturation (physiques, psychologiques, affectifs), la maturité vocationnelle s’installe progressivement à travers différentes étapes.  On parle d’un processus  qui nécessite des temps de maturation et des étapes dont la durée varie selon les personnes. En somme, ce processus nécessite un temps propre à chaque personne.

Les étapes du développement vocationnel

  • La phase exploratoire

La personne prend conscience de ce qui la caractérise en terme de valeurs, d’intérêts, de traits de personnalité, de capacités, de préférences, d’aspirations personnelles. Au cours de cette phase, la personne peut penser à certains choix de carrière qui peuvent sembler (pour un observateur extérieur) avoir peu de points communs entre eux, mais qui la rejoignent sous certains aspects.

  • La phase de cristallisation

La personne tente de mettre de l’ordre dans toutes les informations à propos d’elle-même, du monde des professions et du travail.   Elle arrive à faire des regroupements ou des catégories qui font du sens pour elle.  Elle commence à faire des liens entre ses caractéristiques propres et celles des professions qu’elles considèrent à ce stade.

  • La phase de spécification

La personne tente d’hiérarchiser les options retenues. Le processus d’évaluation des possibilités à considérer est enclenché.

  • La phase d’actualisation

La personne est arrivée à arrêter son choix sur une possibilité de carrière et débute les démarches en vue de réaliser son objectif professionnel.  Il peut s’agir de s’inscrire à des cours préalables manquants en vue de répondre aux exigences d’admission du programme d’études choisi ou encore de penser à un plan alternatif en cas d’impossibilité d’actualiser son premier choix.  La personne se met en action et pose des gestes concrets pour avancer vers un objectif professionnel déterminé.

 

«Choisir c’est renoncer»  André Gide

 

Questions de cote R

La plupart des étudiants sont préoccupés par toutes les questions concernant la fameuse cote de rendement au collégial (Cote R). Ceux qui visent un programme universitaire contingenté en font parfois une obsession.  Mais «Qu’est-ce qu’on peut faire pour l’augmenter?» me demandent-ils.

D’abord, je dirais qu’il faut mettre en place des conditions favorables aux études et à la réussite de celles-ci.  Parmi ces conditions, choisir un programme d’études qui vous intéressent et qui vous permettra de maintenir votre motivation et l’investissement requis dans les études afin de réussir le programme au niveau espéré. Étudier c’est le travail de l’étudiant.  Si, en plus, ce dernier doit travailler beaucoup d’heures dans un emploi rémunéré, cela peut nuire à ses études, à moins d’être très organisé, talentueux et efficace.  Il est suggéré de ne pas dépasser 14 heures de travail rémunéré.  Encore là, pour certains, ce peut être encore trop.  À chacun de s’ajuster.  Par ailleurs, plusieurs ressources sont à la disposition des étudiants qui éprouvent des difficultés, comme le tutorat par les pairs. Certains cégeps offrent même des ateliers de soutien à la réussite.  Aussi,  il ne faut pas hésiter à rencontrer ses professeurs pour mieux comprendre les notions qui demeurent obscures.  Mais dans tout cela, il faut préserver sa santé physique et mentale.  Se garder du temps pour voir les amis, la famille, faire du sport, avoir des loisirs : tout cela aide à garder l’équilibre dans sa vie d’étudiant. Ça aussi c’est important pour être efficace dans ses études.

Oui, mais vous faites déjà tout cela.  Là, vous me dites : «Et si je changeais de cégep, est-ce que ça me donnerait une chance?»  Nombreux sont ceux qui croient que certains cégeps permettent d’avoir des cotes R plus élevées.  Malheureusement, ce n’est pas vrai.  Antérieurement, certains avantages ont pu exister avec l’utilisation de la cote Z, mais ce n’est plus le cas maintenant.  Si certains ont vu leur cote R monter en changeant de cégep, c’est probablement parce qu’ils ont aussi changé pour un programme d’études qui leur ressemble davantage, ce qui met en place une des conditions propices à la réussite. Ils aimaient leurs cours, s’investissaient davantage dans leurs études et ont finalement obtenu de meilleurs résultats académiques, ce qui donne une meilleure cote R.

Les données concernant les cotes R des derniers admis dans les programmes contingentés sont facilement accessibles pour les étudiants puisque  les universités rendent accessibles ces informations.  Certains  voient ces données comme une cible à attendre et ils se sentent rassurés ou inquiets et stressés selon qu’ils ont atteint ou pas le chiffre «magique».  Toutefois, il ne faut pas oublier que la cote R n’est pas toujours le seul critère de sélection pour être admis dans les programmes contingentés. Parfois, il faut avoir une bonne cote R et se  soumettre aussi à d’autres moyens d’évaluation de la candidature comme : des entrevues, des tests psychométriques, un portfolio, une lettre de motivation, etc… Dans certains programmes, avoir une cote R élevée ne suffit pas.  Par ailleurs, c’est impossible de prédire la cote R exacte qu’un étudiant doit viser s’il compte faire une demande l’année suivante dans un programme contingenté.  Rien ne permet de prédire si les étudiants qui aspirent à une formation donnée seront plus forts ou un peu plus faibles que l’année précédente.  Les cotes R des derniers admis ne sont que des indications.  Avoir une cote R au-delà de ces indications ne garantit nullement que vous soyez admis si d’autres modes d’évaluation, comme mentionné plus haut, sont indiqués dans le processus d’analyse des demandes d’admission.

Certains étudiants trouvent difficile de passer du secondaire au collégial.  Ils ont besoin de s’ajuster.  D’autres connaissent des échecs. Tous les étudiants craignent l’effet de ceux-ci sur leur cote R.  Il faut cependant savoir que le poids des échecs n’est pas le même selon qu’ils surviennent à la première session ou aux sessions subséquentes.  Au premier trimestre d’inscription au collégial, les cours échoués ne comptent que pour le quart des unités qui leur sont attribuées, soit une pondération de 0,25.  Pour les trimestres subséquents, cette pondération est de 0,50. Donc, tout n’est pas foutu si on a des échecs.

Il n’est pas rare que des étudiants changent de programme d’études lors de leur passage au cegep (plus d’un étudiant sur trois). Comment se calcule la cote R dans ces cas?   Si l’étudiant a complété au moins 16 cours dans un programme donné, il y aura une CRC moyenne qui sera calculée pour ce programme.  Toutefois, celle qui sera retenue pour l’analyse du dossier  à l’université est celle qui a conduit ou qui mènera à l’obtention du DEC.  Au besoin, les cotes de rendement des résultats de cours qui constituent des préalables pertinents à l’admission sont intégrées au calcul de la cote moyenne. Si le calcul de la CRC moyenne du dernier programme ne repose pas sur au moins 16 cours, c’est la CRC moyenne globale, soit celle qui inclut tous les résultats obtenus au collégial par l’étudiant, qui est retenue aux fins de l’admission.

Enfin, il m’apparait important de mentionner que le calcul de la cote R est très complexe.  Il ne sert donc à rien de tenter de calculer sa propre cote.

Cet article soulève d’autres questions? Vous pourrez alors consulter les références suivantes afin de trouver des réponses à plusieurs autres questions relatives à la cote R:

http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/CRC-FAQ-mars2013.pdf

http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/CRC-court-mars2013.pdf

http://www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/CRC-long-mars2013.pdf

 

 

 

 

Auto-évaluation: pour parent soucieux d’aider son enfant à s’orienter au plan de la carrière

La plupart des parents sont soucieux d’aider leur enfant dans leur orientation professionnelle.  Mais qu’en est-il vraiment?  Est-ce que leur implication aide véritablement l’enfant à mieux se connaitre  afin qu’il puisse trouver un projet de carrière qui lui ressemble et qui répondra à ses attentes?  Aujourd’hui,  je propose un petit questionnaire qui n’a rien de scientifique, mais qui vous permettra de faire votre auto-évaluation sur l’aide que vous apportez à votre jeune.  Votre résultat vous permettra de faire des ajustements si nécessaire. Voir plus

Les principes de base du plaisir au travail

Dans mes rencontres avec mes clients, un fait est incontournable : les personnes veulent avoir du plaisir au travail.

En fouillant sur le thème, je me suis rappelée un texte écrit par le Dr Jacques Forest et qui est intitulé «Si le travail est plaisir, la vie sera joie» (Psychologie Québec, volume25, numéro 4, juillet 2008).

Voir plus

Comment aider mon enfant avec son choix de carrière

Comment aider mon enfant avec son choix de carrière

Beaucoup de parents se demandent comment aider leur jeune à s’orienter. Certains y vont de suggestions, d’autres laissent traîner ici et là dans la maison des guides sur les carrières, espérant ainsi susciter une amorce d’exploration de la part du  jeune.

Voir plus