Apprendre à se connaître

L’anxiété et l’orientation

Les personnes qui consultent en orientation ressentent souvent de l’anxiété face à leur questionnement sur les études et  la carrière. Parfois, cette anxiété est exacerbée par les commentaires de l’entourage qui questionne la personne sur ses projets d’avenir et lui fait part de ses propres croyances, souvent fausses et non fondées, à l’égard du travail, des études et des professions.

Lorsqu’elles se décident à rencontrer un c.o., ces personnes pensent et espèrent qu’on abordera rapidement l’exploration des professions et des programmes d’études. Pour diminuer leur anxiété, c’est ce qui leur semble le plus important.  Elles ont l’impression  qu’elles commenceront enfin à respirer une fois rendues à cette étape et elles ont bien hâte d’y arriver.  Mettre un nom sur une profession à envisager ou un programme d’études à considérer ne suffit pas à atténuer toute cette anxiété.  Il faut que la personne se mette en action et soit persistante, afin de mener à terme ce projet d’études ou de carrière.  Or, c’est bien connu, si le projet n’est pas suffisamment mûri, il y a de bonnes chances qu’il ne se réalise pas, qu’on le remette en question ou qu’on l’abandonne tout simplement. La personne se retrouve alors dans la même situation, celle dont elle voulait  se sortir.

Escamoter certaines étapes antérieures à l’exploration (des carrières et des programmes d’études) peut amener les personnes à ressentir davantage de confusion puisqu’elles n’auront pas acquis une connaissance suffisante d’elles-mêmes quant à leurs intérêts, leurs aptitudes, leurs traits de personnalité, leurs valeurs, leurs aspirations, leurs limites, leurs contraintes et leurs ressources.  Mentionnons que tous ces éléments sont l’objet d’un questionnement et d’un travail nécessaire lorsqu’on fait un processus d’orientation.  Comment savoir ce qui nous convient le mieux si on n’a pas préalablement défini ses propres repères?   Pour explorer les professions et les programmes d’études, il faut avoir préalablement fait un travail de consolidation de son identité. Cet exercice demande une certaine introspection et  un véritable travail sur soi, ce qui n’est pas toujours facile, mais combien nécessaire.  D’une durée variable selon les personnes et le rythme personnel de chacun, cette période représente une bonne partie d’un processus d’orientation.  Durant cette étape,  la personne est amenée à se poser des questions essentielles et à trouver ses propres réponses en vue de mieux se connaitre.  Ce n’est qu’une fois que la personne est arrivée à clarifier son identité qu’il est opportun d’explorer les professions et les programmes d’études. Il faut donc tolérer pendant un certain temps l’incertitude qui accompagne ce temps de réflexion, afin d’accomplir le travail que requiert un processus d’orientation. Il est primordial de prendre le temps qu’il faut.  Les aspects qu’on aura négligé d’aborder referont probablement surface à un moment ou à un autre, imposant cette fois-là qu’on s’y attarde véritablement.

De la même manière qu’un brouillard rencontré sur la route nous amène à réduire notre vitesse, à adapter notre conduite et à rester concentré, être dans la confusion quant à son avenir professionnel demande qu’on prenne le temps de se questionner sur soi.  C’est la prémisse à tout projet professionnel satisfaisant.

Comment s’ouvrir des portes?

Comment s’ouvrir des portes?

Plusieurs seront tentés de répondre que ce sont les sciences de la nature (DEC pré-universitaire) qui ouvrent toutes les portes. C’est une croyance très répandue. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire de chercher très longtemps autour de nous pour trouver des personnes qui ont suivi ce parcours avant de bifurquer vers d’autres programmes leur correspondant davantage. Dans la réalité, ce programme ouvre les portes qu’on souhaite se voir ouvrir, mais à certaines conditions.

Voir plus